Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /customers/b/0/6/santalucia.se/httpd.www/wp-includes/class.wp-scripts.php on line 227 Modele standard physique quantique | SANTA LUCIA

SANTA LUCIA

Modele standard physique quantique

Modele standard physique quantique

Posted on

Dans la vue mûre de Niels Bohr, les phénomènes mécaniques quantiques sont nécessaires pour être des expériences, avec des descriptions complètes de tous les dispositifs pour le système, préparatif, intermédiaire, et enfin la mesure. Les descriptions sont en termes macroscopiques, exprimées en langage ordinaire, complétées par les concepts de la mécanique classique. [57] [58] [59] [60] la condition initiale et la condition finale du système sont respectivement décrites par des valeurs dans un espace de configuration, par exemple un espace de position, ou un espace équivalent tel qu`un espace de Momentum. La mécanique quantique n`admet pas une description tout à fait précise, en termes de position et de Momentum, d`une condition initiale ou d`un «État» (au sens classique du terme) qui appuierait une prédiction précisément déterministe et causale d`une condition finale . [61] [62] dans ce sens, préconisé par Bohr dans ses écrits matures, un phénomène quantique est un processus, un passage de l`état initial à la condition finale, et non un «État» instantané au sens classique de ce mot. [63] [64] il existe donc deux types de processus en mécanique quantique: stationnaire et transitoire. Pour un processus stationnaire, la condition initiale et finale sont les mêmes. Pour une transition, ils sont différents. Évidemment, par définition, si seule la condition initiale est donnée, le processus n`est pas déterminé. [61] compte tenu de sa condition initiale, la prédiction de sa condition finale est possible, causalement mais seulement probabiliste, parce que l`équation de Schrödinger est déterministique pour l`évolution de la fonction d`onde, mais la fonction d`onde ne décrit que le système manière probabiliste.

[65] [66] pour de nombreuses expériences, il est possible de considérer les conditions initiales et finales du système comme étant une particule. Dans certains cas, il semble qu`il y ait potentiellement plusieurs voies ou trajectoires spatialement distinctes par lesquelles une particule pourrait passer de la condition initiale à la situation finale. Il est une caractéristique importante de la description de la cinématique quantique qu`il ne permet pas une déclaration précise unique de laquelle de ces voies est effectivement suivie. Seules les conditions initiales et finales sont définitives et, comme indiqué dans le paragraphe précédent, elles ne sont définies que de manière précise, comme le permet la description de l`espace de configuration ou son équivalent. Dans tous les cas pour lesquels une description cinématique quantique est nécessaire, il y a toujours une raison impérieuse de cette restriction de la précision cinématique. Un exemple d`une telle raison est que pour qu`une particule soit expérimentalement trouvée dans une position définie, elle doit être maintenue immobile; pour qu`il soit constaté expérimentalement d`avoir un élan défini, il doit avoir la liberté de mouvement; ces deux sont logiquement incompatibles. [67] [68] le modèle standard comprend 12 particules élémentaires de spin 1 ⁄ 2, connues sous le nom de fermions. Selon le théorème spin – statistiques, les fermions respectent le principe d`exclusion de Pauli. Chaque fermion a une antiparticule correspondante. Alors que la mécanique quantique a été construite pour décrire le monde des très petits, il est également nécessaire d`expliquer certains phénomènes macroscopiques tels que les supraconducteurs, [17] et les superfluides. [18] bien que le modèle standard soit théoriquement auto-cohérent [2] et qu`il ait démontré d`énormes succès en fournissant des prédictions expérimentales, il laisse certains phénomènes inexpliqués et n`est pas une théorie complète des principes fondamentaux Interactions.

Il n`explique pas complètement l`asymétrie de baryon, incorpore la théorie complète de la gravitation [3] comme décrit par la relativité générale, ou compte pour l`expansion accélérée de l`univers comme possiblement décrite par l`énergie sombre.